Équipe de production du studio interactif de l’ONF présentant l’œuvre Bear 71 sur une tablette tactile à Robert Redford au Festival du film de Sundance en 2012.

Relève

À la fondation de l’ONF par le pionnier du documentaire John Grierson, le Canada ne disposait pas encore de sa propre industrie cinématographique. Aussi, Grierson et son équipe entreprirent-ils d’en former les artisans. Aujourd’hui, alors que les cinéastes canadiens se classent parmi les meilleurs au monde, l’ONF continue de former la relève.

L’ONF poursuit le travail accompli en élaborant des programmes peu coûteux, mais extrêmement efficaces, qui aident à faire la transition entre les écoles de formation et une première expérience de production professionnelle. Les programmes axés sur le court métrage, comme Momentum (documentaire) et Hothouse (animation), ont fait œuvre de pionner en intégrant ateliers de maître et production de calibre professionnel dans la formation de la prochaine génération de créateurs. Ils ont fourni aux groupes mal desservis – les Autochtones entre autres – des véhicules originaux pour faire entendre leurs voix (First Stories, Second Stories, Wapikoni mobile et Nunavut Animation Lab). De plus, ces programmes ont été menés en partenariat avec un éventail d’établissements (dont des organismes provinciaux, des télédiffuseurs et des maisons de production indépendantes). Ils comptent parmi les meilleurs dans leur genre et répondent à un besoin précis, soit de donner aux nouveaux artistes l’occasion d’exploiter leurs talents en milieu professionnel.

Ces programmes sont constamment soutenus, revitalisés et adaptés aux nouvelles technologies. L’ONF veille à accroître leur rayonnement dans tous les coins du pays et explore différentes solutions technologiques pour en étendre l’accès aux régions isolées. Il constitue une banque de données nationale afin de recenser les nouveaux talents issus de ces programmes. Il met en place des stages de cheminement de carrière pour les talents les plus prometteurs. Il renforce ses partenariats actuels et voit à en établir des nouveaux avec, notamment, des entreprises de télécommunications, afin d’élaborer des programmes de création de contenu pour multiplateformes ou appareils cellulaires. Il veille à ce que ces programmes soient clairement associés à la marque ONF et les exporte sur le marché international de manière à enrichir l’expérience des créateurs canadiens en leur donnant une plus grande visibilité.