À propos de l’ONF

Parité

2020 : L’odyssée des femmes

L’ONF s’est donné trois ans pour atteindre — et maintenir — la parité en ce qui concerne le nombre de productions réalisées par des femmes (et les budgets affectés à leurs projets) et les postes clés de création occupés par des femmes en animation, en documentaire et en production interactive.

Pourquoi ?

Parce qu’un avenir meilleur commence parfois par un meilleur reflet de la réalité.

L’ambition de faire des films n’est pas le propre d’un genre ni d’une culture. Nous avons tous et toutes des histoires à raconter et des points de vue uniques pour les exposer.

À l’ONF, nous avons à cœur d’aménager un milieu de travail ouvert et accueillant où les femmes de tous horizons peuvent scénariser des films, les réaliser, les tourner, les monter et en composer la musique, qu’il s’agisse de fictions, de documentaires ou d’animations.

L’ONF produit aussi des récits interactifs et immersifs novateurs qui ouvrent énormément de possibilités aux femmes souhaitant se démarquer dans les rôles de création que de tels projets nécessitent — en réalisation, en graphisme et en technologie de création notamment. Cette nouvelle forme d’art évolue de jour en jour, et il devrait en être de même de l’éventail de talents qui contribue à son développement.

En prenant cet engagement pour la parité, nous ne visons pas à faire œuvre de pionniers, ni à répondre à de nobles aspirations philosophiques. Nous voulons tout simplement rattraper la réalité. Et nous espérons bien sûr que l’ensemble de l’industrie emboîtera le pas.

Nous sommes fiers des femmes qui ont fait de l’ONF ce qu’il est aujourd’hui.

D’Evelyn Lambart à Torill Kove, en passant par Alanis Obomsawin, Manon Barbeau, Anne Claire Poirier et Sarah Polley, les femmes cinéastes signent depuis longtemps des œuvres marquantes et primées. Beaucoup ont d’ailleurs été produites entre 1974 et le milieu des années 1990 au Studio D, le premier studio de production public dont les films étaient réalisés par et pour les femmes.

Bien que le Studio D ait été dissous en 1996, il en subsiste un précieux legs : l’engagement en faveur du cinéma des femmes et de la diversité culturelle, lequel est aujourd’hui profondément ancré dans chacun de nos studios.

Notre objectif consiste maintenant à transformer cet engagement en action concrète et équitable.

Nous avons hâte de rencontrer les femmes qui vont façonner l’ONF de demain.

En 2017, la parité hommes-femmes n’est plus un projet chimérique. Il s’agit plutôt d’un objectif important et réalisable. Nous avons la possibilité d’encourager les femmes désireuses d’assumer un rôle de création au cinéma à se faire connaître et à agir.

À cette fin, nous avons créé une banque de talents où les femmes peuvent déposer leur dossier professionnel, leurs démos et leur CV. Nous collaborons aussi avec des associations de cinéma et de femmes afin de mieux comprendre l’industrie et de discuter de programmes de formation et de mentorat pour la génération montante.

Nous faisons le suivi des résultats.
N’hésitez pas à faire de même.

À l’ONF, nous croyons à la transparence. Nous nous sommes engagés à publier chaque année les résultats de notre initiative. Pour l’instant, nous sommes en voie d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés pour 2016-2017 quant au nombre de productions réalisées par des femmes et aux budgets qui y sont affectés. Mais il reste encore beaucoup à faire dans les domaines de la scénarisation, du montage, de la direction de la photographie et de la composition musicale, tant au sein de l’ONF que dans l’ensemble de l’industrie. Voyez ce que nous avons accompli en consultant ces tableaux comparatifs sur les métiers et sur le budget et la production.

Les chiffres sont éloquents.
Mais les films le sont encore plus.

Nous attendons avec impatience la sortie de plusieurs nouveaux films signés par des femmes. Entre-temps, si vous avez envie de visionner une sélection d’œuvres récentes de quelques-unes des plus éminentes réalisatrices du Canada, cliquez sur ce lien.