Rapports sur les résultats ministériels 2017-2018

ISSN 2560-922X

Télécharger la version PDF

Message du ministre

Message du commissaire

Aperçu de nos résultats

Raison d’être, mandat et rôle : composition et responsabilités

Raison d’être

Mandat et rôle

Contexte opérationnel et principaux risques

Contexte opérationnel

Principaux risques

Résultats : ce que nous avons accompli

Programmes

Programme 1.1 : Production audiovisuelle

Description

Résultats

Programme 1.2 : Accessibilité et interaction avec l’auditoire

Description

Résultats

Services internes

Description

Résultats

Analyse des tendances en matière de dépenses et de ressources humaines

Dépenses réelles

Ressources humaines réelles

Dépenses par crédit voté

Dépenses et activités du gouvernement du Canada

États financiers et faits saillants des états financiers

États financiers

Faits saillants des états financiers

Renseignements supplémentaires

Renseignements ministériels

Cadre de présentation de rapports

Renseignements connexes sur les programmes de niveau inférieur

Tableaux de renseignements supplémentaires

Dépenses fiscales fédérales

Coordonnées de l’organisation

Annexe : Définitions

Notes en fin d’ouvrage

 

Message du ministre

Pablo RodriguesEn 2017, les festivités de Canada 150 ont donné lieu à des projets et à des activités partout au pays. Au cours de cette année marquante, les organismes du portefeuille du Patrimoine canadien, y compris l’Office national du film du Canada (ONF), ont invité les Canadiens à mieux connaître leur culture et leur patrimoine, à réfléchir à leur avenir et à cheminer sur la voie de la réconciliation avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Ils ont également encouragé, dans le cadre de leur propre mission, le rayonnement de la créativité canadienne dans un monde numérique ainsi que la vitalité de nos langues officielles et des langues et cultures autochtones.

Fidèle à sa tradition, l’ONF a continué d’innover et de prendre des risques dans ses démarches de création. Les œuvres qu’il a produites ont été saluées par la critique. Elles repensent les façons de raconter des histoires et examinent les multiples facettes de l’identité et de l’expérience canadiennes. À titre d’exemple, mentionnons : Générations 150, une série de 13 récits photographiques interactifs sur les thèmes du patrimoine et de l’héritage; Au-delà des glaces, une installation présentée au Musée canadien de la nature, à Ottawa; Aabiziingwashi (Bien éveillés) : Le cinéma autochtone en tournée, un projet pancanadien de projections publiques; et Expo 67 Live, une expérience sur écrans géants offerte sur l’Esplanade de la Place des Arts, à Montréal. Ces projets montrent combien l’ONF tient à tisser des liens avec un large éventail de publics canadiens et étrangers.

En tant que producteur et distributeur public d’œuvres audiovisuelles au Canada, l’ONF a également poursuivi l’un de ses grands objectifs, celui de promouvoir un secteur audiovisuel réellement à l’image de la société canadienne. D’une part, il est sur le point d’atteindre la parité hommes-femmes dans le nombre de productions et la portion des budgets de production. D’autre part, il a terminé la première année de mise en œuvre de son Plan d’action autochtone triennal. Cela lui a permis d’accroître ses dépenses globales de production consacrées aux projets d’artistes autochtones et de lancer le nouveau portail « Cinéma autochtone » sur ONF.ca.

À titre de ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, je suis ravi de vous présenter le Rapport sur les résultats ministériels de 2017-2018 de l’Office national du film du Canada. Ce rapport trace un portrait des réalisations de l’ONF et témoigne de son souci constant de bâtir une société où la diversité est une force et où chacun et chacune peut apporter sa contribution dans un climat de respect et d’inclusion.

L’honorable Pablo Rodriguez

 

Message du Commissaire

Claude JolicoeurAvec la complicité des créateurs, des artisans et des producteurs, ainsi que l’expertise de nos équipes, nous continuons de produire des œuvres originales, fortes et significatives, sans jamais perdre de vue la qualité artistique et les auditoires à rejoindre. Notre mandat prend tout son sens lorsque nos productions rencontrent le public et qu’elles sont vues et appréciées par des milliers, voire des millions de personnes, ici comme ailleurs dans le monde.

À cet égard, l’année 2017-2018 fut exceptionnelle : 72 œuvres réalisées, plus de 68 millions de visionnages au Canada et à l’étranger, dont près de 1,2 million lors de projections publiques, y compris celles de la tournée de cinéma autochtone Aabiziingwashi (Bien éveillés), qui s’est déplacée dans des centaines de communautés au pays et qui a obtenu un succès retentissant.

L’ONF a contribué aux grandes commémorations canadiennes, et il a été particulièrement actif et innovant pour souligner le 375e anniversaire de Montréal et le 150e anniversaire de la Confédération avec des œuvres marquantes, qui ont mis en lumière l’identité canadienne dans toute sa diversité et les valeurs qui animent la population du Canada.

Nos productions, notre approche créative de la distribution de même que nos engagements institutionnels bousculent parfois les conventions, mais aussi les manières d’agir et de penser au sein même de notre organisation. Je tiens à souligner l’enthousiasme manifesté par tout le personnel de l’ONF devant les mesures adoptées en matière de parité hommes-femmes et de redéfinition de nos relations avec les peuples autochtones. Cette adhésion s’est traduite par des résultats positifs et concrets : la parité est désormais une réalité à l’ONF, tant pour le nombre de productions (42 % réalisées par des femmes) que pour les budgets de production (46 % alloués aux œuvres de créatrices), et le premier bilan de notre plan triennal autochtone est encourageant, comme en témoignent notamment l’augmentation de la part des dépenses globales de production consacrées à des projets d’artistes autochtones (10 %) ou la création du nouveau portail Cinéma autochtone sur ONF.ca.

Le présent rapport fournit un aperçu du travail accompli en 2017-2018 par l’ONF, lequel n’aspire qu’à deux choses : refléter et représenter les différentes cultures et les différentes voix qui font du Canada ce qu’il est, en tenant compte de la diversité croissante des auditoires, et offrir l’espace et la liberté pour créer et prendre des risques, puisque cela est aussi au cœur de toute organisation de création. Deux visées complémentaires et indissociables de la longue vie de l’ONF.

Claude Joli-Coeur
Commissaire du gouvernement à la cinématographie
et Président de l’Office national du film du Canada

 

Aperçu de nos résultats

Dépenses réelles 2017-2018 Ressources humaines 2017-2018
67,3 millions de dollars 389 équivalents temps plein

Misant sur l’excellence et l’innovation en production audiovisuelle, l’ONF a produit au cours de l’année 2017-2018 72 œuvres, dont 54 films originaux, 3 sites Web, 1 application et 14 expériences immersives (8 installations, 3 œuvres de réalité virtuelle, 1 application de réalité augmentée et 2 films en 360°).

L’ONF a développé plusieurs projets pour souligner le 150e anniversaire de la Confédération, comme Générations 150, une série de 13 récits photographiques, illustrés et interactifs explorant les thèmes du patrimoine et de l’héritage ; Un pays en quatre temps, une programmation spéciale offerte sur ONF.ca | NFB.ca qui invitait les Canadiens et les Canadiennes à explorer leur identité ; et l’installation Au-delà des glaces, présentée dans la nouvelle Galerie de l’Arctique Canada Goose du Musée canadien de la nature. L’ONF a également lancé Aabiziingwashi (Bien éveillés) : Le cinéma autochtone en tournée, une série pancanadienne de projections publiques et d’événements spéciaux présentant des titres phares de la collection de films de cinéastes autochtones produits à l’ONF depuis 1968.

L’ONF a proposé du contenu à valeur ajoutée sur diverses plateformes, ce qui lui a permis de communiquer et d’interagir avec de plus vastes auditoires. Résultat : une augmentation de 31 % des visionnages de ses œuvres par rapport à l’année précédente, tous supports confondus, pour un total de 68 millions de visionnages au Canada et dans le monde. De nouveaux partenariats ont aussi été noués tant sur Internet que dans l’espace public, de façon à accroître le rayonnement de l’institution et à attirer de nouveaux publics. Entre autres exemples, mentionnons la collaboration avec le Planétarium Rio Tinto Alcan d’Espace pour la vie pour la production pour écran hémisphérique Kyma, ondes en puissance, celui avec Radio-Canada et la Place des Arts pour l’expérience sur écrans géants Expo 67 Live, et celui avec le Musée d’art contemporain de Montréal pour l’installation I Heard There Was a Secret Chord [J’ai entendu qu’il y avait un accord secret].

L’ONF a poursuivi la planification du déménagement de son bureau central, volet principal d’une série d’initiatives visant à moderniser l’organisation et à l’aider à gérer le changement. Afin d’assurer une planification optimale de tous les éléments liés à ce vaste chantier et de coordonner les activités du déménagement, il a mis en place une structure de gouvernance composée de 15 sous-comités de travail.

Pour en savoir plus sur les plans, les priorités et les résultats atteints de l’ONF, consulter la section « Résultats : ce que nous avons accompli » du présent rapport.

 

Raison d’être, mandat et rôle : composition et responsabilités

 

Raison d’être

L’Office national du film (ONF) a été créé par une loi du Parlement fédéral en 1939 et rend compte au Parlement canadien par l’entremise du ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme. L’ONF a pour mandat de produire et de distribuer des œuvres originales et innovatrices qui font mieux comprendre les enjeux auxquels doit faire face la population canadienne et qui font connaître les valeurs et les points de vue canadiens au pays et dans le monde. Au fil des décennies, il est devenu la norme en matière d’innovation audiovisuelle au Canada et joue un rôle important en soulignant les changements et les événements marquants de la société canadienne.

En tant que producteur et distributeur public d’œuvres audiovisuelles, l’ONF joue un rôle essentiel, en offrant une perspective de la richesse et de la diversité canadiennes. C’est à travers des documentaires d’auteur, des films d’animation et des productions nouveaux médias qu’il explore les enjeux sociaux contemporains. Aujourd’hui, nos artistes et artisans continuent à faire œuvre de pionniers en matière de contenu et de forme dans le domaine du documentaire, du film d’animation et du cinéma interactif.

 

Mandat et rôle

 

À titre de producteur et distributeur public d’œuvres audiovisuelles du Canada, l’ONF documente l’histoire et la culture du pays pour les auditoires d’ici et de l’étranger. Depuis sa création, l’ONF a produit plus de 13 000 œuvres, remporté au-delà de 7000 prix, inspiré et influencé des générations de cinéastes au Canada et partout sur la planète. Ses productions audiovisuelles donnent un aperçu particulier de la diversité et de la vitalité de notre culture et constituent un élément essentiel de notre patrimoine national.

L’ONF est régi par la Loi sur le cinéma et par diverses autres lois, notamment la Loi sur la gestion des finances publiques (qui définit la structure et les méthodes d’administration financière en vigueur au sein du gouvernement), la Loi sur l’accès à l’information, la Loi sur la protection des renseignements personnels, la Loi sur les langues officielles ainsi que la Loi sur le multiculturalisme canadien

En tant que producteur, l’ONF remplit ses responsabilités en investissant constamment dans de nouveaux champs de création, que ce soit en documentaire, en animation d’auteur ou en production interactive. Il met à profit les possibilités artistiques et technologiques qui se présentent dans le paysage médiatique en plus de collaborer avec des cinéastes établis et de la relève, des créateurs multimédias et des coproducteurs de toutes les régions du pays, diverses communautés ethnoculturelles et autochtones, et des partenaires du monde entier. La créativité et la pertinence sociale sont au cœur de ses productions.

L’ONF assume son rôle de distributeur en faisant en sorte que les auditoires d’ici et d’ailleurs aient accès à son contenu canadien et soient en mesure d’interagir avec ce contenu sur une variété de plateformes de distribution traditionnelles et virtuelles.

Pour de plus amples renseignements généraux au sujet de l’ONF, consulter la section « Renseignements supplémentaires » du présent rapport. Pour plus de renseignements sur les engagements organisationnels formulés dans la lettre de mandat du Ministère, consulter la lettre de mandat du ministre.

 

Contexte opérationnel et principaux risques

 

Contexte opérationnel

Les tendances clés dans l’industrie audiovisuelle sont connues depuis plusieurs années. Selon les données les plus récentes au pays1, la population canadienne se tourne de plus en plus vers les plateformes en ligne et les appareils connectés pour accéder à du contenu audio et vidéo qui l’intéresse. La prolifération des plateformes numériques, le développement rapide de nouvelles technologies et l’offre d’une variété quasi infinie de contenus comptent parmi les réalités qui influent sur la capacité qu’a l’ONF de remplir son mandat. Par conséquent, l’organisme doit continuellement s’adapter et innover dans ses façons de produire des œuvres, de les promouvoir et de les rendre accessibles aux différents auditoires.

Au-delà de ces défis, l’ONF a continué à se préparer au déménagement de son bureau central dans le Quartier des spectacles de Montréal, maintenant prévu pour le printemps 2019. Relocaliser la salle de conservation, qui abrite la collection d’archives patrimoniales et où se déroulent les activités de préservation, posera un problème non négligeable au cours du prochain exercice financier. La continuité des activités représentera un enjeu critique, puisque le projet exigera d’importantes ressources financières et humaines dans un contexte budgétaire déjà contraignant.

L’ONF se concentre aussi sur les priorités actuelles du gouvernement et sur diverses initiatives visant à moderniser la fonction publique fédérale. À titre d’exemple, mentionnons l’apport de l’ONF à Un Canada créatif, à la diversité et à l’inclusion ainsi qu’à la réconciliation avec les peuples autochtones. Il a aussi procédé à l’élaboration d’un plan d’action à la suite de l’audit des contrôles de base de l’ONF en plus d’effectuer la migration vers le nouveau système de gestion financière Systems, Applications and Products (SAP). Toutes ces activités ont nécessité des ressources supplémentaires.

 

Principaux risques

En juillet 20172, l’ONF a mis à jour son profil de risque organisationnel, dans lequel sont énoncés les divers risques susceptibles d’influer sur sa capacité à remplir son mandat et à atteindre ses objectifs stratégiques. Le tableau ci-dessous présente les trois risques les plus critiques en 2017-2018 et dans les années à venir, ainsi que les mesures d’atténuation recommandées.

Principaux risques
Risques Stratégie d’atténuation et efficacité Lien avec les programmes du Ministère Lien avec les engagements de la lettre de mandat et avec les priorités pangouvernementales et ministérielles
Incapacité à rejoindre les auditoires
  • Développer et mettre en œuvre la stratégie de programmation
  • Définir une nouvelle stratégie de contenu numérique et d’accessibilité
  • Développer des partenariats novateurs avec d’importantes organisations publiques et privées
  • Production audiovisuelle
  • Accessibilité et interaction avec l’auditoire
  • Services internes
Réalisation du mandat de l’ONF
Innovation et univers numérique
Technologie inadéquate
  • Mettre en œuvre le Plan technologique 2016-2020
  • Mettre en œuvre le Plan d’investissement 2017-2022
  • Production audiovisuelle
  • Accessibilité et interaction avec l’auditoire
  • Services internes
Innovation et univers numérique
Absence d’un plan de continuité des activités (en particulier dans le contexte du déménagement du bureau central en 2018-2019)
  • Mettre en œuvre un plan de continuité des activités
  • Production audiovisuelle
  • Accessibilité et interaction avec l’auditoire
  • Services internes
Réalisation du mandat de l’ONF

 

Incapacité à rejoindre les auditoires
L’ONF fait face au risque que les contenus qu’il produit ne trouvent pas leurs auditoires (et vice versa) ou que sa programmation se révèle inadéquate dans le contexte d’affaires actuel — voir la section « Contexte opérationnel ». En réponse à ce risque, l’organisation poursuit ses activités de développement des auditoires à travers le pays, mais aussi des stratégies ciblées telles que sa « stratégie de programmation » — intitulée Énoncé de la vision de la création à l’ONF — et sa « stratégie de contenu numérique ». Celles-ci visent à toucher un public plus vaste en misant sur une programmation distinctive et audacieuse, et en renforçant la présence de l’ONF sur les plateformes numériques.

Technologie inadéquate
Le risque que l’ONF ne se dote pas d’outils et de systèmes technologiques adéquats augmente proportionnellement à la vitesse avec laquelle les technologies évoluent ces années-ci. L’ONF se doit d’être un milieu propice à l’innovation, ce qui requiert une infrastructure flexible, moderne, qui puisse soutenir les formats émergents de production et de diffusion (p. ex. : 4K, imagerie à grande gamme dynamique [HDR], réalité virtuelle, etc.). Depuis quelques années, l’organisation gère ce risque grâce à la mise en œuvre de son Plan technologique 2016-2020.

Absence de continuité des activités
Le risque d’une interruption majeure dans la continuité des activités représentera l’une des principales préoccupations de l’ONF durant les trois prochaines années en raison du déménagement de son bureau central, ainsi que des 334 employés et des activités de création, de production et de distribution — y compris les services techniques audiovisuels — qui s’y trouvent. Un solide plan de continuité des activités est en cours d’élaboration pour que l’ONF puisse s’adapter à ce contexte particulier.

 

Résultats : ce que nous avons accompli

 

Programmes

Programme 1.1 : Production audiovisuelle

Description

Ce programme contribue à donner aux Canadiens et Canadiennes une meilleure compréhension des enjeux auxquels est confronté leur pays et fait connaître les points de vue canadiens aux autres nations.

À titre de producteur du secteur public, l’ONF produit des œuvres audiovisuelles originales qui reflètent les diverses perspectives canadiennes — culturelles, régionales et autochtones, entre autres — et qui émanent des divers créateurs et communautés composant le pays. Ce programme intervient dans des domaines où le secteur privé est absent et donne aux créateurs et aux créatrices la possibilité d’explorer les avancées artistiques et technologiques en matière de forme et de contenu. Il assure également la découverte, le perfectionnement et l’encadrement des talents et de la créativité au sein des communautés de cinéastes et des autres communautés de créateurs.

La programmation de l’ONF est nécessaire pour assurer aux Canadiens et aux Canadiennes l’accès à diverses voix et à divers contenus dans les deux langues officielles. Elle fait la promotion de la culture et des valeurs canadiennes dans le cadre d’événements à caractère historique ou culturel de portée nationale. Alors que la consommation médiatique de la population canadienne migre vers Internet, l’ONF s’impose comme chef de file dans la création de contenu numérique innovateur, dans les deux langues officielles.

Les activités de production englobent la conceptualisation, la recherche, le développement et la production de documentaires, de films d’animation, de contenu nouveau média et d’autres formes émergentes.

Résultats

En 2017-2018, l’ONF a commencé à élaborer son Énoncé de vision pour la création à l’ONF dans le but de consolider son rôle de chef de file dans l’industrie audiovisuelle en produisant des œuvres audacieuses qui interpellent le public et qui repoussent les frontières de l’innovation technologique. Cette nouvelle vision constituera un des piliers sur lequel l’organisation fondera son prochain plan stratégique.

Diversité des histoires et des perspectives canadiennes

À titre de producteur et de distributeur public du Canada, l’ONF joue un rôle unique auprès des différentes communautés qui composent le pays. Il travaille avec des créateurs et des partenaires de toutes les régions pour faire valoir des points de vue inédits et pour éliminer les obstacles qui pourraient empêcher l’épanouissement de ces diverses minorités linguistiques et culturelles.

En tant qu’institution culturelle du service public, l’ONF s’est positionné en chef de file en prenant des engagements précis en faveur de la parité hommes-femmes. En 2017-2018, 42 % des œuvres ont ainsi été réalisées par des femmes et 46 % des sommes dépensées en production ont été affectées à des projets signés par des femmes. En 2017, l’organisation a poussé encore plus loin son engagement en visant cette fois la parité pour les postes clés de création des projets documentaires, interactifs et d’animation en production pour 2020. Les disciplines ciblées sont notamment le montage, la direction de la photographie, la scénarisation et la composition musicale.

En juin 2017, l’ONF a rendu public son Plan d’action triennal 2017-2020 visant à redéfinir ses relations avec les peuples autochtones. Parmi les mesures concrètes prises en 2017-2018, signalons, d’une part, le projet Revealing Urban Indigeneity, dans le cadre duquel l’ONF a collaboré avec l’Ontario Federation of Indigenous Friendship Centres (OFIFC) pour produire cinq courts métrages documentaires sur l’expérience culturelle des peuples autochtones, et d’autre part, un partenariat entre l’ONF et APTN (annoncé en février 2018) qui vise à offrir une plus grande place aux peuples autochtones et à leurs créateurs dans l’industrie audiovisuelle.

Création et innovation

Au cours de l’année 2017-2018, l’ONF a produit 72 œuvres, dont 54 films originaux, 3 sites Web, 1 application et 14 expériences immersives (8 installations, 3 œuvres de réalité virtuelle, 1 application de réalité augmentée et 2 films en 360°).

Il a reçu 154 prix — 65 au Canada et 89 à l’étranger —, un nombre record qui fait de 2017-2018 le meilleur exercice des 10 dernières années. Les œuvres d’animation ont récolté 90 prix, soit plus de 60 % des récompenses de l’ONF. Les sites Web ont quant à eux obtenu six prix, les applications, trois, et les installations, cinq. Six distinctions et hommages ont également été décernés à des représentants de l’ONF pour leur contribution exceptionnelle au cinéma.

Films documentaires

En 2017-2018, l’ONF a produit ou coproduit 32 documentaires explorant une variété d’enjeux sociaux au Canada et dans le monde. Entre autres exemples notables, citons le premier long métrage documentaire de Samara Grace Chadwick, 1999 (Parabola Films, en coproduction avec Beauvoir Films et l’ONF), et La 3e roue, court métrage documentaire en 360° d’André Roy, lauréat du concours Tremplin en 2016. Présenté en grande première au Festival du nouveau cinéma (FNC), La 3e roue a aussi été lancé sur toutes les plateformes en ligne de l’ONF, où il a obtenu un grand succès, rejoignant près de 2 millions de personnes sur Facebook. Cinquantième film d’Alanis Obomsawin en cinquante ans de carrière, Our People Will Be Healed (Le chemin de la guérison) est le plus récent documentaire d’un cycle dans lequel la cinéaste examine les droits des peuples des Premières Nations au Canada. Cette œuvre a été inscrite à la programmation du 17e Canada’s Top Ten Film Festival, une compilation annuelle des meilleurs courts et longs métrages du pays. Parmi les films de cette liste prestigieuse, nous trouvons aussi Unarmed Verses (Notes d’espoir), de Charles Officer, couronné meilleur long métrage documentaire canadien au Festival Hot Docs 2017 et meilleur documentaire canadien au Festival international du film de Vancouver. Présenté en grande première au FNC à Montréal, le long métrage documentaire du cinéaste Luc Bourdon La part du diable a été projeté dans 15 salles à travers le Québec durant neuf semaines et a attiré près de 9000 spectateurs.

Films d’animation

L’ONF joue un rôle de premier plan dans la production en animation d’auteur. En 2017-2018, 19 films d’animation ont été achevés, dont 10 coproductions. Le court métrage Le sujet, de Patrick Bouchard, a été sélectionné à la 50e Quinzaine des réalisateurs de Cannes, qui a eu lieu en mai 2018. Le film Shaman est le fruit de la première collaboration entre l’ONF et l’artiste inuite du Labrador Echo Henoche, qui signe sa première œuvre en tant qu’animatrice.

Lauréate d’un Oscar, Torill Kove a livré son quatrième court métrage d’animation en coproduction avec la Norvège (Mikrofilm). Threads (Rubans) a été présenté dans plusieurs festivals et a lui aussi été inscrit à la programmation du 17e Canada’s Top Ten Film Festival. Par ailleurs, Manivald, de Chintis Lundgren, une coproduction avec l’Estonie et la Croatie (ONF/Adriatic Animation/Chintis Lundgreni Animatsioonistuudio), a remporté neuf prix, dont le Prix du public du programme A au Festival du court métrage de New York et le Prix du meilleur scénario au Festival international d’animation d’Ottawa.

Œuvres expérimentales et immersives

Les studios du pays entier ont exploité le potentiel des nouvelles technologies et des plateformes en ligne pour raconter des histoires et attirer de nouveaux publics, que ce soit au moyen d’installations interactives, de formats immersifs de réalité virtuelle et augmentée ou de cinéma en 360°. En voici quelques exemples :

  • Kushapetshekan / Kosapitcikan – Épier l’autre monde, en collaboration avec le Musée des beaux-arts de Montréal, est une installation immersive réalisée par les artistes attikameks Eruoma Awashish et Meky Ottawa et l’artiste innue Jani Bellefleur-Kaltush. Ce projet a été vu 500 000 fois au cours de la dernière année.
     
  • Tidal Traces (Effet mer) est issu d’une collaboration entre l’artiste néomédiatique Nancy Lee et la chorégraphe Emmalena Fredriksson. Cette œuvre de réalité virtuelle à 360° a notamment été présentée au Festival international du film de Berlin, à Mutek Japon, au Festival South by Southwest (SXSW) aux États-Unis, ainsi qu’au Festival international Women in Film de Vancouver.
     
  • Ennemi est une coproduction documentaire internationale (Camera Lucida Productions/France Télévisions/ONF/Dpt./Emissive) du photojournaliste renommé Karim Ben Khelifa. L’installation muséale en réalité virtuelle a été présentée en première mondiale à guichets fermés à l’Institut du monde arabe de Paris, à l’International Student Film Festival de Tel-Aviv, en première nord-américaine au musée de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) de Boston et en première canadienne au Centre Phi de Montréal.

L’ONF a également noué des partenariats innovateurs avec des universités, des musées, des fondations, des organismes et espaces culturels publics. Ces partenaires partagent la passion de l’ONF pour les nouvelles formes de récit et l’interaction avec le public. Produite en collaboration avec le Musée des sciences et de la technologie du Canada et réalisée par Philippe Baylaucq, la projection architecturale Ingénia a été conçue pour la façade et l’arche d’entrée en DEL du musée. Philippe Baylaucq a aussi réalisé la première production originale pour écran hémisphérique de l’ONF, Kyma, ondes en puissance, en collaboration avec le Planétarium Rio Tinto Alcan d’Espace pour la vie. L’expérience participative I Heard There Was a Secret Chord (J’ai entendu qu’il y avait un accord secret), dont le titre correspond au premier vers de la chanson hymnique Hallelujah, de Leonard Cohen, était à la fois une installation au Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) et une expérience en ligne (asecretchord.com). Cette œuvre faisait partie de l’exposition Leonard Cohen – Une brèche en toute chose / A Crack in Everything au MAC.

Aider les nouveaux talents

L’ONF est un incubateur de talents et un laboratoire d’innovation pour les jeunes créateurs canadiens. En 2017-2018, il a travaillé avec des cinéastes de la relève provenant de partout au Canada, lesquels ont signé 40 % des œuvres durant cet exercice.

L’ONF a également pris une série d’initiatives lui permettant de découvrir et de développer de nouveaux talents à travers le pays et en dehors des grands centres de production.

Le nouveau programme Doc Lab Saskatchewan, une collaboration avec la Saskatchewan Filmpool Cooperative et Creative Saskatchewan, a permis de mettre en évidence le talent de trois cinéastes de cette province de l’Ouest : Louise BigEagle (To Wake Up the Nakota Language [Pour que survive la langue nakota]), Eric Thiessen (Talking at Night [Conversations nocturnes]) et Kristin Catherwood (Ride [À dos de cheval]).

En novembre 2017, l’ONF a lancé, en collaboration avec Radio-Canada, la 10e édition du concours pancanadien Tremplin, qui s’adresse aux cinéastes de la relève des communautés francophones en situation minoritaire. Depuis les débuts du concours en 2006, 94 finalistes ont pu suivre les ateliers de formation offerts et 27 films ont été réalisés.

L’ONF a jeté les bases de la 12e édition de Hothouse, un programme de formation qui est destiné aux cinéastes d’animation de la relève. L’édition 2018-2019 mettra l’accent sur les cinéastes autochtones. L’ONF a aussi mené à bien durant la dernière année deux productions réalisées par d’anciens participants à ce programme : Freaks of Nurture (Bêtes de famille), de la cinéaste Alexandra Lemay, et Caterpillarplasty (Papillioplastie), de David Barlow-Krelina. Hothouse a contribué à lancer les carrières de quelques-uns des plus grands animateurs du Canada.

Des relations enrichissantes entre la population canadienne et le reste du monde

Au fil de ses 79 ans d’existence, l’ONF a relaté les moments clés de la vie du Canada et les histoires de toutes les régions du pays. Les projets pour souligner le 150e anniversaire de la Confédération, le 375e anniversaire de la ville de Montréal et le centenaire de la bataille de la crête de Vimy ont permis à tous les Canadiens et Canadiennes de mieux se comprendre, de constater le chemin parcouru et de réfléchir à l’avenir.

  • L’ONF a crée Générations 150, une série de 13 récits photographiques, illustrés et interactifs explorant les thèmes du patrimoine et de l’héritage.
  • L’ONF s’est associé au Musée canadien de la nature pour produire l’installation Au-delà des glaces (Beyond Ice) pour la nouvelle Galerie de l’Arctique Canada Goose du Musée. L’ONF est cocréateur et coproducteur de l’exposition qui se trouve à l’entrée de la galerie.
  • Pour marquer le centenaire de la bataille de la crête de Vimy, l’ONF et la Fondation Vimy ont sorti en novembre 2017 le court métrage documentaire Vimy retrouvé.
  • Dans le cadre de la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal, l’ONF a lancé en septembre 2017 l’installation audiovisuelle multiécran Expo 67 Live, en collaboration avec Radio-Canada et la Place des Arts. Conçu et réalisé par Karine Lanoie-Brien, ce récit cinématographique réunissait 435 pieds linéaires d’écrans, 24 projecteurs, 43 haut-parleurs et plus de 1000 plans d’archives.

Pour plus de détails sur le lancement de ces projets, consulter les résultats du programme 1.2.

 

Résultats atteints
Résultats attendus Indicateurs de rendement Cibles Date d’atteinte de la cible Résultats réels
2017-2018
Résultats réels
2016-2017
Résultats réels
2015-2016
Les œuvres audiovisuelles de l’ONF sont innovatrices. Pourcentage du public canadien percevant l’ONF comme une institution innovatrice et créatrice. 70 % innovatrice
80 % créatrice
31 mars 2018 79 % innovatrice
90 % créatrice
79 % innovatrice
90 % créatrice
70 % innovatrice
81 % créatrice
Pourcentage de prix et d’hommages prestigieux par rapport au nombre total de prix remportés dans les festivals canadiens et internationaux3. 25 % 31 mars 2018 30 % 29 % 21 %
Les créateurs canadiens établis et de la relève qui travaillent avec l’ONF représentent la diversité canadienne. Pourcentage d’œuvres audiovisuelles achevées, signées par des cinéastes de la relève4. 30 % 31 mars 2018 40 % 49 % 25 %
Nombre de cinéastes de la relève qui font un film à l’ONF ou qui participent à un programme favorisant l’épanouissement des talents, y compris les concours. 140 31 mars 2018 144 142 141
Pourcentage d’œuvres audiovisuelles achevées, signées par des cinéastes issus des diverses communautés ethnoculturelles, régionales et linguistiques, par des cinéastes autochtones et par des cinéastes handicapés. 55 % 31 mars 2018 59 % 58 % 64 %
L’ONF participe à des événements de portée historique et culturelle faisant la promotion de la culture et des valeurs canadiennes. Nombre de productions réalisées pour des projets nationaux et internationaux d’envergure. 13 31 mars 2018 13 13 15

 

Ressources financières budgétaires (en dollars)
Budget principal des dépenses
2017-2018
Dépenses prévues
2017-2018
Autorisations totales pouvant être utilisées
2017-2018
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2017-2018
Écart (réelles moins prévues)
2017-2018
43 323 228 43 323 228 40 958 253 31 969 280 (11 353 948)

 

L’écart entre les dépenses réelles et les dépenses prévues provient des éléments suivants :

  • report de la relocalisation du bureau central à l’année suivante (7 millions de dollars) ;
  • ajustement du calendrier de réalisation des projets entrepris dans le cadre de partenariats ;
  • révision de la méthode d’allocation des dépenses pour mieux refléter la portion des dépenses des services techniques et des plateformes numériques.

 

Ressources humaines (équivalents temps plein)
Nombre d’équivalents temps plein prévus
2017-2018
Nombre d’équivalents temps plein réels
2017-2018
Écart (nombre d’équivalents temps plein réels moins nombre d’équivalents temps plein prévus)
2017-2018
192 151 (41)

 

L’écart s’explique par un changement de méthodologie pour l’affectation aux services de postproduction et aux plateformes numériques des ETP qui étaient auparavant principalement affectés aux activités de production. La méthodologie a été revue et améliorée afin de refléter la part des services consacrée à la livraison des produits dans les différents formats physiques et numériques.

 

Programme 1.2 : Accessibilité et interaction avec l’auditoire

Description

Ce programme fait en sorte que les auditoires canadiens et du reste du monde peuvent accéder à du contenu canadien innovateur reflétant les histoires et les perspectives canadiennes, le regarder, en discuter et interagir avec celui-ci. Alors que la consommation médiatique migre vers Internet, le contenu canadien doit être rendu disponible sur tous les supports numériques et mobiles.

Les mécanismes utilisés comprennent la distribution, le marketing et la commercialisation des œuvres audiovisuelles au moyen d’un catalogue diversifié, d’un fonds d’archives bien établi et du développement de marchés diversifiés (p. ex., salles, télévision, consommateur et institutionnel), par le truchement d’Internet et des canaux traditionnels, au Canada et à l’étranger. Grâce à ces activités, l’ONF rend ses œuvres largement accessibles partout au Canada, ainsi que dans les communautés autochtones et de langue officielle en situation minoritaire.

Les activités de l’ONF liées à l’accessibilité et à l’interaction avec l’auditoire contribuent au dynamisme de la culture et du patrimoine canadiens.

Résultats

Promouvoir les œuvres de l’ONF et renouveler l’offre de contenu numérique

Au cours de la dernière année, ce sont 4182 titres, dont 408 nouveaux, qui ont été offerts gratuitement aux auditoires canadiens sur la plateforme de visionnage ONF.ca | NFB.ca. Les Canadiennes et les Canadiens ont aussi eu accès à environ 130 productions interactives sur divers sites Web, ainsi qu’au moyen de près de 30 applications et de 20 installations publiques.

Parmi cette offre gratuite, mentionnons le portail Cinéma autochtone, une nouvelle section de la plateforme de visionnage, qui propose plus de 200 titres — des classiques, des nouveautés et des ajouts récents — de la riche collection de films de l’ONF réalisés par des cinéastes autochtones, facilitant plus que jamais l’accès aux histoires et aux perspectives des peuples des Premières Nations, métis et inuit.

Une réussite numérique de la dernière année fut la mise en ligne de la collection Chroniques du 9e art, une nouvelle coproduction avec la France (Sacrebleu Productions et Canal+) mettant en valeur le talent de bédéistes canadiens et français renommés. Le court métrage La pureté de l’enfance, de la bédéiste canadienne Zviane, a été le deuxième titre le plus populaire sur ONF.ca | NFB.ca en 2017-2018, et le titre le plus populaire sur le seul site français ONF.ca.

Toujours en 2017-2018, l’ONF a mis la dernière main à sa nouvelle offre éducative numérique, conçue en fonction des objectifs suivants : captiver les apprenantes et apprenants ; les aider à développer leur créativité, leur esprit de collaboration et leur pensée critique ; promouvoir la participation citoyenne active. Trois ressources éducatives distinctes ont été développées et seront lancées en 2018-2019. L’École de l’Océan, fruit d’une collaboration entre l’ONF, Ingenium et l’Université Dalhousie, proposera de nouvelles expériences d’apprentissage composées de contenus linéaires, en réalité virtuelle et augmentée, ainsi que de jeux éducatifs interactifs conçus pour les jeunes de 11 à 15 ans. Un groupe d’enseignants et d’enseignantes autochtones a par ailleurs été constitué afin de guider et de conseiller l’ONF pour l’élaboration du programme thématique Voix autochtones et réconciliation. Enfin, l’École des médias, une plateforme d’apprentissage, offrira les outils d’éducation aux médias pour la création d’animations, de documentaires ou de récits numériques. Une version pilote de ce projet a été présentée à l’administration et aux gestionnaires des commissions et conseils scolaires ainsi qu’au personnel enseignant, ce qui a valu à l’ONF des réactions très positives.

Rejoindre le public, l’industrie et les institutions et interagir avec eux

L’exercice 2017-2018 a été exceptionnel pour l’ONF à plusieurs égards, tant pour le nombre record de visionnages des œuvres que pour le nombre très élevé d’interactions avec les auditoires. Ceci est le résultat de l’orientation stratégique de l’organisme, qui vise à avoir une présence mieux définie et plus orientée vers le grand public dans les médias sociaux.

Auditoires
VISIONNAGES AU CANADA VISIONNAGES GLOBAUX
(CANADA ET INTERNATIONAL)
Internet
     Partenaires en ligne
     Productions interactives
     ONF.ca | NFB.ca
6 579 203
     4 320 155
     302 107
     1 956 941
45 623 813
     41 322 829
     1 598 362
     2 702 622
Télévision 12 907 500 12 907 500
Marché éducatif et institutionnel 5 368 212 5 375 916
Projections publiques 995 178 1 176 973
Installations publiques 951 200 951 200
Projections murales 2 209 574 2 209 574
TOTAL 28 825 3235 68 053 296

En 2017-2018, les productions de l’ONF ont enregistré 68 millions de visionnages au Canada et à l’étranger, tous supports confondus, ce qui représente une augmentation record de 31 % par rapport à l’année précédente. Cette croissance est principalement attribuable aux visionnages sur les sites des partenaires en ligne et reflète la tendance de consommation toujours plus grande de contenu sur les médias sociaux. Par exemple, les visionnages sur YouTube ont enregistré une hausse de 18 % par rapport à 2016-2017, et Facebook a pris de plus en plus de place, avec 5,6 millions de visionnages comparativement à 1,3 million en 2016-2017.

Les visionnages des productions de l’ONF sur le marché de la télévision ont augmenté de plus de 50 % par rapport à l’exercice précédent, passant de 8,3 millions à 12,9 millions.

Les projections publiques, quant à elles, ont généré 1,2 million de visionnages comparativement à moins de 500 000 lors du précédent exercice.

Interactions avec les auditoires en ligne

En 2017-2018, l’ONF a vu croître sa base d’abonnements sur tous les grands médias sociaux, que ce soit Facebook, Twitter, YouTube ou Instagram. L’essor le plus marqué concerne YouTube, avec une croissance de 88 % des abonnements par rapport à 2016-2017, et Instagram, avec une croissance de 63 %. Ainsi, le nombre total d’utilisateurs, qui regroupe les abonnements sur les médias sociaux, les inscriptions aux infolettres de l’ONF, les enregistrements et les consommateurs sur ONF.ca et sur CAMPUS, dépasse les 830 000, un chiffre supérieur de 40 % à la cible proposée pour mars 2018.

Les interactions avec les auditoires ont été particulièrement soutenues en 2017-2018. L’ONF a notamment enregistré sur Facebook 650 000 actions (mentions « j’aime », commentaires, partages) et 5,6 millions de clics, par rapport à 560 000 actions et 2,2 millions de clics en 2016-2017. En tout, l’ONF a généré plus de 200 millions d’impressions sur Facebook et Twitter comparativement à 78 millions l’année précédente.

Une année de commémorations

La dernière année a été marquée par plusieurs commémorations d’importance, pour lesquelles l’ONF a organisé un certain nombre d’activités et d’événements spéciaux.

Dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération, l’ONF a lancé les projets suivants :

  • Générations 150, une série de 13 récits photographiques, illustrés et interactifs explorant les thèmes du patrimoine et de l’héritage. Offerts en ligne sur ONF.ca | NFB.ca, ces récits ont suscité 104 000 sessions en 2017-2018. Ils ont aussi été présentés dans deux expositions publiques, au Musée canadien de l’immigration du Quai 21, à Halifax, et au Harbourfront Centre, à Toronto.
     
  • Un pays en quatre temps, une programmation spéciale en ligne diffusée gratuitement sur ONF.ca | NFB.ca. Les Canadiens et les Canadiennes y étaient invités à explorer leur identité en quatre volets : Ce que nous recherchons, Ce que nous protégeons, Ce que nous défendons et Ce que nous appelons un « chez-nous ». Une vidéo créée dans le cadre de Canada 150 : Ce que nous recherchons a rejoint 1,8 millions de personnes sur la page anglaise de l’ONF sur Facebook et plus de 500 000 personnes sur la page française, suscitant plus de 3500 actions.
     
  • Aabiziingwashi (Bien éveillés) : Le cinéma autochtone en tournée, une série pancanadienne de projections publiques et d’événements spéciaux présentant certains des titres qui composent l’impressionnante collection de plus de 300 films de cinéastes autochtones produits à l’ONF depuis 1968. À la suite d’une première année très fructueuse, au cours de laquelle 700 projections ont attiré quelque 160 000 personnes au pays et à l’étranger (États-Unis, Royaume-Uni et Finlande), l’ONF a annoncé la prolongation de la tournée en 2018 et en 2019.

Pour marquer le centenaire de la bataille de la crête de Vimy, l’ONF et la Fondation Vimy ont lancé en novembre 2017 Vimy retrouvé, un court métrage documentaire qui a rejoint plus de 3 millions de personnes sur la page anglaise de l’ONF sur Facebook et 1,3 million de personnes sur la page française, suscitant plus de 22 000 actions.

Partenariats

Les partenariats avec de grandes institutions publiques et muséales, qui témoignent de la volonté de l’ONF d’être présent dans l’espace public, ont aussi permis de mettre en avant son savoir-faire et sa créativité. Parmi les faits saillants, mentionnons le succès de l’expérience participative I Heard There Was a Secret Chord (J’ai entendu qu’il y avait un accord secret), au Musée d’art contemporain de Montréal (MAC), qui a attiré environ 288 000 visiteurs de novembre 2017 à avril 2018. L’installation Au-delà des glaces, au Musée canadien de la nature à Ottawa, a quant à elle accueilli près de 270 000 personnes depuis son ouverture. L’expérience sur écrans géants Expo 67 Live, présentée sur l’Esplanade de la Place des Arts à Montréal, a pour sa part attiré 19 000 personnes, et près de 37 000 internautes ont assisté au Facebook Live de la créatrice de l’œuvre, Karine Lanoie-Brien. Finalement, la projection sur écran hémisphérique Kyma, ondes en puissance, créée par Philippe Baylaucq et présentée au Planétarium Rio Tinto Alcan à Montréal, a été vue par près de 100 000 spectateurs.

L’ONF a également participé aux 20es Rendez-vous de la Francophonie, une célébration annuelle de la langue française qui se déroule dans les villes et les villages de tout le pays. En plus des 251 projections tenues dans 64 villes canadiennes, les auditoires en ligne ont eu accès à une sélection des films de la tournée à ONF.ca/RVF2018.

La préservation et la conservation de la collection de l’ONF

Les activités de numérisation et de conservation de l’ONF sont essentielles à son mandat, qui consiste à produire et à distribuer du contenu canadien novateur et de qualité ainsi qu’à entretenir des liens avec son auditoire. Les efforts concertés de l’ONF en matière de numérisation et de conservation augmentent l’accessibilité des œuvres audiovisuelles et assurent leur disponibilité pour les générations futures.

L’ONF a mis en œuvre la deuxième année de son Plan technologique 2016-2020, dont le but est de maintenir son rôle comme acteur de premier plan dans le paysage médiatique mondial. Conformément aux objectifs fixés dans le plan de numérisation de l’organisme, 90 % des œuvres de sa collection active ont maintenant un fichier pivot6 garantissant leur accessibilité juste à temps dans divers formats numériques.

Dans le cadre de sa nouvelle approche de préservation de ses œuvres, l’ONF a renouvelé le partenariat technologique conclu avec le fournisseur de logiciels Atempo afin d’élaborer et de mettre en place un processus automatisé d’archivage numérique. En 2017-2018, l’organisme a également terminé l’indexation des fichiers sources audionumériques de plus de 4500 œuvres sur une deuxième technologie de préservation, l’Optical Disc Archive (ODA), en plus du système Linear Tape-Open (LTO) actuellement utilisé, afin de prévenir la perte de données en raison de la corruption ou de l’obsolescence.

Avec le déménagement du siège social de l’ONF, la salle de conservation qui accueille les archives visuelles de l’organisme et où se déroulent ses activités de numérisation et de conservation devra aussi être relocalisée. À cette fin, l’ONF a collaboré avec Services publics et Approvisionnement Canada afin de mettre la dernière main au programme fonctionnel et technique et de trouver des emplacements possibles. Compte tenu de la taille réduite du futur centre de conservation, l’équipe responsable a commencé en septembre 2017 à examiner de près les divers éléments de tournage archivés et à déterminer les documents devenus inutilisables à cause de leur format désuet ou de leur détérioration. Au cours de la première phase de ce processus, l’ONF a analysé et vérifié, pièce par pièce, plus de 24 500 éléments de séquences filmées et 29 000 enregistrements sonores, sans compter qu’il a étudié en détail 1400 éléments de films 16 et 35 mm ainsi que 600 copies d’œuvres de sa collection, présentées lors de festivals. L’ONF a conservé les copies de meilleure qualité et les a transférées à sa collection de conservation.

 

Résultats atteints
Résultats attendus Indicateurs de rendement Cibles Date d’atteinte de la cible Résultats réels
2017-2018
Résultats réels
2016-2017
Résultats réels
2015-2016
Les auditoires canadiens et internationaux visionnent les œuvres de l’ONF et interagissent avec celles-ci. Pourcentage de la population canadienne qui affirme avoir vu une production de l’ONF au cours de la dernière année 40 % 31 mars 2018 20 %7 20 % 39 %
Nombre total de visionnages d’œuvres de l’ONF 45 000 000 31 mars 2018 68 053 296 53 920 167 46 213 608
Nombre total d’utilisateurs (utilisateurs enregistrés et clients) 590 000 31 mars 2018 839 689 679 124 586 944
Total des revenus produits 2 200 000 $ 31 mars 2018 2 875 156 $ 2 878 043 $ 3 163 986 $

 

Ressources financières budgétaires (en dollars)
Budget principal des dépenses
2017-2018
Dépenses prévues
2017-2018
Autorisations totales pouvant être utilisées
2017-2018
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2017-2018
Écart (réelles moins prévues)
2017-2018
21 657 098 21 657 098 25 598 238 23 644 604 1 987 506

 

L’augmentation des dépenses réelles par rapport aux dépenses prévues s’explique par le développement de l’offre éducative de l’ONF, les activités spéciales entourant le 150e anniversaire de la Confédération et les efforts continus pour la conservation et la préservation de la collection.

 

Ressources humaines (équivalents temps plein)
Nombre d’équivalents temps plein prévus
2017-2018
Nombre d’équivalents temps plein réels
2017-2018
Écart (nombre d’équivalents temps plein réels moins nombre d’équivalents temps plein prévus)
2017-2018
126 169 43

 

L’augmentation du nombre d’ETP résulte des fonds additionnels accordés à l’ONF dans le budget 2016 ainsi que de la révision de la méthode de répartition des services techniques et des plateformes numériques pour mieux refléter les activités liées à la livraison des produits dans les différents formats physiques et numériques.

Les renseignements sur les programmes de niveau inférieur de l’ONF sont accessibles dans l’InfoBase du SCT.

 

Services internes

Description

On entend par services internes les groupes d’activités et de ressources connexes que le gouvernement fédéral considère comme des services de soutien aux programmes ou qui sont requis pour respecter les obligations d’une organisation. Les services internes renvoient aux activités et aux ressources de 10 catégories de services distinctes qui soutiennent l’exécution des programmes au sein de l’organisation, sans égard au modèle de prestation des services internes du ministère. Les 10 catégories de services sont : services de gestion et de surveillance, services des communications, services juridiques, services de gestion des ressources humaines, services de gestion des finances, services de gestion de l’information, services des technologies de l’information, services de gestion des biens, services de gestion du matériel et services de gestion des acquisitions.

Résultats

L’année 2017-2018 a été marquée par la planification du déménagement du bureau central de l’ONF au cœur du Quartier des spectacles de Montréal. Afin de coordonner les activités du déménagement et de permettre une transition harmonieuse, l’ONF a mis en place une structure de gouvernance composée de 15 sous-comités de travail qui assurent une planification optimale de tous les éléments liés à ce vaste chantier. Que ce soit pour planifier les activités de production et de postproduction durant toutes les étapes du déménagement, réfléchir aux possibilités offertes par l’espace public du nouveau bâtiment, planifier le déménagement des infrastructures et des équipements technologiques ou gérer le changement pour les employés, les sous-comités de travail tiennent compte de toutes les sphères d’activité de l’ONF et ont mobilisé tous les secteurs de l’organisation pour élaborer un plan de travail.

Une stratégie de communication comprenant des rencontres mensuelles et la publication de bulletins de nouvelles a été mise sur pied afin d’informer régulièrement les employés du bureau central sur les préparatifs du déménagement et l’avancement des travaux.

L’ONF du futur : la gestion du changement

En lien étroit avec le déménagement du bureau central, l’ONF a lancé en 2016 Notre avenir, maintenant, un projet qui vise à transformer la culture organisationnelle de l’institution afin qu’elle soit plus agile et encore plus créative et innovante dans la réalisation de son mandat. Un exercice de réflexion et de consultation pancanadien a été amorcé avec des employés, gestionnaires et membres de la haute direction et a mené à la formulation de 15 énoncés.

En 2017-2018, chaque équipe de l’ONF a défini un plan reposant sur trois actions concrètes en lien avec ces 15 énoncés. Résultat : 37 plans et 111 actions à réaliser ont été proposés et partagés avec tous les employés dans l’intranet, et ce, avec un outil permettant de suivre l’évolution des progrès.

Toujours dans l’optique de moderniser l’administration de l’ONF, de nombreuses ressources ont aussi été mobilisées afin d’assurer un transfert efficace des systèmes de gestion des ressources financières et matérielles vers la nouvelle plateforme SAP. Une équipe consacrée à ce projet a été mise sur pied et une consultation auprès des différents intervenants a été réalisée afin de déployer la première phase du projet. La migration sera achevée en 2018-2019.

Plusieurs autres projets ont mobilisé l’organisation au cours de la dernière année, que ce soit l’impartition des systèmes institutionnels vers des services infonuagiques, la modernisation des infrastructures ou la mise en place des outils de collaboration. Toutes ces actions visant à moderniser l’institution sont en conformité avec le Plan technologique 2016-2020 de l’ONF et sont essentielles pour répondre aux besoins actuels et futurs de l’organisation.

Tenue de documents

L’ONF a terminé la deuxième phase du projet Eureka, qui vise à améliorer la gestion de l’information par la mise en œuvre d’un système de tenue de documents. Au cours de la dernière année, l’ONF a repéré les ressources documentaires à valeur opérationnelle (RDVO) en analysant ses processus opérationnels. Il a aussi créé un plan de gestion des documents, un plan de migration vers GCdocs et une nouvelle directive sur l’archivage des documents électroniques.

De plus, en 2017-2018, le secteur Relations d’affaires et services juridiques a terminé la numérisation et l’archivage de tous ses contrats et autres documents. L’intégration de ces documents au système de gestion des droits d’auteur et l’archivage des documents sur papier avancent bien et devraient prendre fin d’ici 2018-2019.

Promotion de la diversité et de l’inclusion

L’ONF s’est donné comme priorité de mieux représenter la diversité de la société canadienne devant, mais aussi derrière la caméra. En plus d’annoncer son engagement à atteindre la parité hommes-femmes en ce qui concerne le nombre de productions, les dépenses de production et les postes clés de création, ainsi que de lancer un plan triennal pour redéfinir ses relations avec les Autochtones, l’organisme a créé un comité interne pour la diversité et l’inclusion. En 2017-2018, ce comité a développé une vision autour de quatre piliers : accueillir et croître, s’engager et se comprendre, apprendre et s’enrichir, et découvrir et célébrer. L’ONF a ainsi pu amorcer sa réflexion pour la création d’un plan d’action sur la diversité et l’inclusion, lequel sera lancé au cours de l’année 2018-2019.

L’ONF a respecté son engagement en faveur de l’épanouissement des minorités francophones et anglophones du Canada et, par des ententes bilatérales, il est intervenu auprès de leurs représentants dans le domaine des arts et de la culture. Il a aussi terminé la deuxième année de son Plan d’action pour les langues officielles, qui vise la mise en œuvre de l’article 41 de la Loi sur les langues officielles (partie VII).

Enfin, l’équipe des Ressources humaines a aligné ses efforts sur l’engagement du gouvernement du Canada à créer un milieu de travail sain, respectueux et solidaire en revoyant sa politique sur le harcèlement en milieu de travail afin d’y inclure des mesures sur la prévention de la violence. En matière de santé mentale, l’ONF a organisé une campagne de sensibilisation à l’intention du personnel sur une variété de sujets et signé, dans le cadre des conventions collectives négociées avec divers syndicats, des lettres d’entente sur le bien-être de leurs membres. Le plan d’action sur la santé mentale sera déployé en 2018-2019.

Rendement et gestion financière

La conformité avec les exigences gouvernementales en matière de bonne gestion est un processus continu de même qu’une priorité organisationnelle. Dans le respect de la Politique sur les résultats, l’ONF a déposé son Cadre ministériel des résultats et son Répertoire des programmes auprès du Conseil du Trésor. Une fois qu’ils ont été approuvés, l’ONF a proposé des indicateurs et des résultats pour chaque programme indiqué dans le Répertoire de manière qu’ils soient rendus publics dans l’InfoBase du GC.

Pour ce qui est de la conformité en matière de gestion financière, l’ONF a mis en œuvre des plans d’action en vue d’intégrer les recommandations formulées par le Bureau du contrôleur général à la suite de la vérification interne relative aux contrôles de base.

 

Ressources financières budgétaires (en dollars)
Budget principal des dépenses
2017-2018
Dépenses prévues
2017-2018
Autorisations totales pouvant être utilisées
2017-2018
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2017-2018
Écart (réelles moins prévues)
2017-2018
9 395 019 9 395 019 13 356 534 11 732 593 2 337 574

Les dépenses réelles incluent des fonds pour la migration des systèmes de gestion des ressources financières et matérielles de l’ONF vers SAP (1,8 million de dollars en 2017-2018). Les autres initiatives mises en place comprennent le projet de transformation organisationnelle, la gestion du changement et la conformité avec les politiques gouvernementales.

 

Ressources humaines (équivalents temps plein)
Nombre d’équivalents temps plein prévus
2017-2018
Nombre d’équivalents temps plein réels
2017-2018
Écart (nombre d’équivalents temps plein réels moins nombre d’équivalents temps plein prévus)
2017-2018
51 69 18

Des ressources additionnelles ont aussi été consacrées à la revue des processus administratifs relatifs à l’amélioration de la conformité avec les politiques et les directives du gouvernement, ainsi qu’à la revue des processus administratifs dans le cadre de l’implantation du progiciel de gestion intégré SAP.

 

Analyse des tendances en matière de dépenses et de ressources humaines

Dépenses réelles

Graphique des tendances relatives aux dépenses du ministère

Tendances au chapitre des dépenses

[D]

Note : pour les années antérieures, la ligne « Crédits votés » correspond au réel et non au crédit voté.

 

Sommaire du rendement budgétaire pour les programmes et les services internes (en dollars)
Programmes et Services internes Budget principal des dépenses
2017-2018
Dépenses prévues
2017-2018
Dépenses prévues
2018-2019
Dépenses prévues
2019-2020
Production audiovisuelle 43 323 228 43 323 228 40 034 195 32 549 131
Accessibilité et interaction avec l’auditoire 21 657 098 21 657 098 23 403 744 19 270 539
Total partiel 64 980 326 64 980 326 63 437 939 51 819 670
Services internes 9 395 019 9 395 019 11 130 139 8 997 640
Total 74 375 345 74 375 345 74 568 078 60 817 310
Programmes et Services internes Autorisations totales pouvant être utilisées
2017-2018
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2017-2018
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2016-2017
Dépenses réelles (autorisations utilisées)
2015-2016
Production audiovisuelle 40 958 253 31 969 280 32 281 971 34 823 000
Accessibilité et interaction avec l’auditoire 25 598 238 23 644 604 20 736 550 16 702 002
Total partiel 66 556 491 55 613 884 53 018 521 51 525 002
Services internes 13 356 534 11 732 593 10 136 012 8 307 358
Total 79 913 025 67 346 477 63 154 533 59 832 360

 

Le budget principal des dépenses, les dépenses prévues et les autorisations pouvant être utilisées en 2017-2018 incluent des fonds de 12 millions de dollars du Conseil du Trésor pour la relocalisation du bureau central de l’ONF à Montréal. Compte tenu de l’avancement des travaux, le financement de 12 millions initialement octroyé en 2017-2018 pour le déménagement a été reporté à 2018-2019.

Le financement pour le déménagement du bureau central de Montréal représente une somme de 400 000 $ en 2014-2015, de 2 millions en 2016-2017 et de 12 millions en 2018-2019, pour un total de 14,4 millions de dollars. Ce montant connaîtra ensuite une baisse de 1,2 million par année, et ce, durant 12 ans à compter de 2019-2020.

Les dépenses réelles de 2017-2018 totalisent 67,3 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 4,1 millions par rapport à l’année précédente. En 2016-2017, la production audiovisuelle comprenait 1 million de dollars pour le déménagement du bureau de Toronto.

En 2017-2018, les fonds de fonctionnement incluent 3 millions de dollars accordés par le Parlement en soutien à la production audiovisuelle, au développement des auditoires et à la numérisation de la collection (contre 1,5 million en 2016-2017). L’ONF a également reçu une allocation afin de mener à terme la migration de ses systèmes de gestion des ressources financières et matérielles vers SAP (1,8 million en 2017-2018 et 600 000 $ en 2018-2019, pour un total de 2,4 millions).

 

Ressources humaines réelles

 

Sommaire des ressources humaines pour les programmes et les services internes (équivalents temps plein)
Programmes et Services internes Équivalents temps plein réels
2015-2016
Équivalents temps plein réels
2016-2017
Équivalents temps plein prévus
2017-2018
Équivalents temps plein réels
2017-2018
Équivalents temps plein prévus
2018-2019
Équivalents temps plein prévus
2019-2020
Production audiovisuelle 197 164 192 151 164 164
Accessibilité et interaction avec l’auditoire 126 168 126 169 172 169
Total partiel 323 332 318 320 336 333
Services internes 51 64 51 69 69 66
Total 374 396 369 389 405 399

 

Les données réelles de 2017-2018 sont inférieures à celles de l’année précédente en raison de la modification de la méthodologie de calcul pour les employés temporaires en production audiovisuelle.

Le nombre d’ETP a augmenté en 2016-2017 et en 2017-2018 en raison de l’embauche de nouveaux employés, laquelle a été permise par l’attribution de fonds supplémentaires à l’ONF annoncée dans le budget fédéral de 2016. Ces fonds atteignent un total de 3 millions de dollars en 2017-2018.

En 2017-2018 et en 2018-2019, des ressources sont également consacrées à la révision des processus administratifs dans le cadre de l’implantation du progiciel de gestion intégré SAP.

 

Dépenses par crédit voté

Pour obtenir des renseignements sur les dépenses votées et les dépenses législatives de l’ONF, consulter les Comptes publics du Canada 2017-2018.

 

Dépenses et activités du gouvernement du Canada

Des renseignements sur l’harmonisation des dépenses de l’ONF avec les activités et dépenses du gouvernement du Canada sont accessibles dans l’InfoBase du GC.

 

États financiers et faits saillants des états financiers

États financiers

Les états financiers de l’ONF pour l’exercice se terminant le 31 mars 2018 se trouvent sur le site Web de l’ONF.

Faits saillants des états financiers

État condensé des opérations (non audité) pour l’exercice se terminant le 31 mars 2018 (en dollars)
Renseignements financiers Résultats prévus
2017-2018
Résultats réels
2017-2018
Résultats réels
2016-2017
Écart (résultats réels 2017-2018
moins résultats prévus
2017-2018)
Écart (résultats réels 2017-2018
moins résultats réels
2016-2017)
Total des charges 67 699 000 72 579 955 66 919 247 4 880 955 5 660 708
Total des revenus 4 136 000 7 625 896 4 756 398 3 489 896 2 869 498
Coût de fonctionnement net avant le financement du gouvernement et les transferts 63 563 000 64 954 059 62 162 849 1 391 059 2 791 210

 

Revenus

Les revenus réels perçus en 2017-2018 sont plus élevés que la prévision et que les résultats de l’année précédente, principalement grâce à l’augmentation des revenus générés par les partenariats.

Dépenses

Les dépenses sont comptabilisées selon la méthode de la comptabilité d’exercice.

L’écart entre les dépenses prévues et les dépenses réelles provient des éléments suivants :

  • augmentation des revenus externes liés à de nouveaux partenariats ;
  • fonds additionnels pour mener à terme la migration des systèmes de gestion des ressources financières et matérielles vers SAP ;
  • indexations salariales rétroactives pour trois ans, à la suite de la signature des conventions collectives en mars 2018.

 

État condensé de la situation financière (non audité) au 31 mars 2018 (en dollars)
Renseignements financiers 2017-2018 2016-2017 Écart
(2017-2018 moins 2016-2017)
Total des passifs nets 17 484 882 12 001 929 5 482 953
Total des actifs financiers nets 12 203 757 6 134 669 6 069 088
Dette nette du Ministère 5 281 125 5 867 260 (586 135)
Total des actifs non financiers 12 105 615 10 299 376 1 806 239
Situation financière nette du ministère 6 824 490 4 432 116 2 392 374

 

L’écart entre 2017-2018 et 2016-2017 pour le total des passifs nets est principalement lié aux éléments suivants :

  • indexations salariales rétroactives pour trois ans, à la suite de la signature des conventions collectives en mars 2018. Les paiements rétroactifs seront déduits dans la prochaine année financière ;
  • ponction des paiements relatifs à la relocalisation du bureau central de Montréal et à l’implantation de SAP.

L’écart entre 2017-2018 et 2016-2017 pour le total des actifs nets est dû à plusieurs facteurs :

  • indexations salariales rétroactives pour trois ans, à la suite de la signature des conventions collectives en mars 2018. Ces montants doivent être reçus du Conseil du Trésor ;
  • augmentation des comptes débiteurs en raison des contrats de partenariat pour la production et la programmation institutionnelles.

L’écart entre 2017-2018 et 2016-2017 pour le total des actifs non financiers représente la valeur de la capitalisation des travaux en cours pour la relocalisation du bureau central de l’ONF ainsi que des coûts capitalisables pour le développement des plateformes numériques.

 

Renseignements supplémentaires

Renseignements ministériels

Profil organisationnel

Ministre de tutelle : L’honorable Pablo Rodriguez, C.P., député, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme

Administrateur général : Claude Joli-Coeur, commissaire du gouvernement à la cinématographie et président de l’ONF

Portefeuille ministériel : Patrimoine canadien

Instrument habilitant : Loi sur le cinéma, L.R.C., ch. N-8

Année d’incorporation ou de création : 1939

Autres : Le conseil d’administration de l’ONF est composé de huit membres, soit le commissaire du gouvernement à la cinématographie, qui agit à titre de président, le directeur général de Téléfilm Canada (membre de droit) et six autres personnes nommées par le gouverneur en conseil. À l’exception du commissaire et du directeur général de Téléfilm Canada, les membres du conseil sont désignés pour un mandat de trois ans. Le rôle du conseil est principalement de définir les orientations stratégiques de l’ONF et d’en surveiller les résultats. Il approuve, entre autres, ses plans stratégiques et ses budgets.

Cadre de présentation de rapports

Le résultat stratégique et l’architecture d’alignement des programmes officiels de l’ONF pour 2017-2018 sont présentés ci-dessous.

1. Résultat stratégique : Les histoires et les perspectives canadiennes sont présentes dans les médias audiovisuels et rendues accessibles à la population du Canada et du reste du monde.

     1.1 Programme : Production audiovisuelle

     1.2 Programme : Accessibilité et interaction avec l’auditoire

          1.2.1 Sous-programme : Conservation et préservation

          1.2.2 Sous-programme : Accès des consommateurs et interaction

          1.2.3 Sous-programme : Accès des marchés institutionnel et éducatif, et interaction

          1.2.4 Sous-programme : Rayonnement auprès de l’industrie nationale et internationale

     Services internes

 

Renseignements connexes sur les programmes de niveau inférieur

Des renseignements sur les programmes de niveau inférieur sont accessibles dans l’InfoBase du GC.

 

Tableaux de renseignements supplémentaires

Les tableaux de renseignements supplémentaires qui suivent sont disponibles dans le site Web de l’ONF :

 

Dépenses fiscales fédérales

Il est possible de recourir au régime fiscal pour atteindre des objectifs de la politique publique en appliquant des mesures spéciales, comme de faibles taux d’impôt, des exemptions, des déductions, des reports et des crédits. Le ministère des Finances Canada publie chaque année des estimations et des projections du coût de ces mesures dans le Rapport sur les dépenses fiscales fédérales. Ce rapport donne aussi des renseignements généraux détaillés sur les dépenses fiscales, y compris les descriptions, les objectifs, les renseignements historiques et les renvois aux programmes des dépenses fédéraux connexes. Les mesures fiscales présentées dans ce rapport relèvent du ministre des Finances.

 

Coordonnées de l’organisation

Office national du film du Canada
3155, chemin de la Côte-de-Liesse
Montréal (Québec) H4N 2N4
Canada

Planification stratégique et relations gouvernementales
rapports@onf-nfb.gc.ca

Sites Internet
www.onf.ca
www.onf-nfb.gc.ca

Médias sociaux
https://www.facebook.com/onf.ca
http://www.twitter.com/onf/
https://vimeo.com/thenfb
https://www.youtube.com/user/onf
https://www.instagram.com/onf_nfb/

 

Annexe : Définitions

analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) (gender-based analysis plus [GBA+])
Approche analytique qui sert à évaluer les répercussions potentielles des politiques, des programmes ou des initiatives sur divers ensembles de personnes (femmes, hommes ou autres). L’identité individuelle est déterminée par une multitude de facteurs en plus du sexe, par exemple la race, l’origine ethnique, la religion, l’âge ou le fait de vivre avec un handicap de nature physique ou intellectuelle. D’où l’ajout du mot « plus », signifiant que l’analyse ne se limite pas au sexe (différences biologiques) ou au genre (la construction sociale du sexe), mais considère aussi les autres facteurs qui les recoupent. Un processus d’ACS+ pourrait être, à titre d’exemple, le recours à des données ventilées selon le sexe, le genre et d’autres facteurs identitaires pour les analyses du rendement, et la détermination de toute répercussion du programme sur divers groupes de personnes dans l’optique de modifier les initiatives pour les rendre plus inclusives.

architecture d’alignement des programmes (Program Alignment Architecture)
Répertoire structuré de tous les programmes d’un ministère ou organisme qui décrit les liens hiérarchiques entre les programmes et les liens aux résultats stratégiques auxquels ils contribuent.

cible (target)
Niveau mesurable du rendement ou du succès qu’une organisation, un programme ou une initiative prévoit atteindre dans un délai précis. Une cible peut être quantitative ou qualitative.

crédit (appropriation)
Autorisation donnée par le Parlement d’effectuer des paiements sur le Trésor.

dépenses budgétaires (budgetary expenditures)
Dépenses de fonctionnement et en capital ; paiements de transfert à d’autres ordres de gouvernement, à des organisations ou à des particuliers ; et paiements à des sociétés d’État.

dépenses législatives (statutory expenditures)
Dépenses approuvées par le Parlement à la suite de l’adoption d’une loi autre qu’une loi de crédits. La loi précise les fins auxquelles peuvent servir les dépenses et les conditions dans lesquelles elles peuvent être effectuées.

dépenses non budgétaires (non budgetary expenditures)
Recettes et décaissements nets au titre de prêts, de placements et d’avances, qui modifient la composition des actifs financiers du gouvernement du Canada.

dépenses prévues (planned spending)
En ce qui a trait aux plans ministériels et aux rapports sur les résultats ministériels, les dépenses prévues s’entendent des montants approuvés par le Conseil du Trésor au plus tard le 1er février. Elles peuvent donc comprendre des montants qui s’ajoutent aux dépenses prévues indiquées dans le budget principal des dépenses.

Un ministère est censé être au courant des autorisations qu’il a demandées et obtenues. La détermination des dépenses prévues relève du ministère, et ce dernier doit être en mesure de justifier les dépenses et les augmentations présentées dans son plan ministériel et son rapport sur les résultats ministériels.

dépenses votées (voted expenditures)
Dépenses approuvées annuellement par le Parlement par une loi de crédits. Le libellé de chaque crédit énonce les conditions selon lesquelles les dépenses peuvent être effectuées.

équivalent temps plein (full time equivalent)
Mesure utilisée pour représenter une année-personne complète d’un employé dans le budget ministériel. Les équivalents temps plein sont calculés par un rapport entre les heures de travail assignées et les heures de travail prévues. Les heures normales sont établies dans les conventions collectives.

évaluation (evaluation)
Au sein du gouvernement du Canada, collecte et analyse systématiques et neutres de données probantes en vue d’évaluer le bien fondé, le mérite ou la valeur. L’évaluation guide la prise de décisions, les améliorations, l’innovation et la reddition de comptes. Elle porte habituellement sur les programmes, les politiques et les priorités et examine des questions se rapportant à la pertinence, à l’efficacité et à l’efficience. Toutefois, selon les besoins de l’utilisateur, l’évaluation peut aussi examiner d’autres unités, thèmes et enjeux, notamment des solutions de rechange aux interventions existantes. L’évaluation utilise généralement des méthodes de recherche des sciences sociales.

expérimentation (experimentation)
Activités visant à étudier, mettre à l’essai et comparer les effets et les répercussions de politiques, d’interventions et d’approches pour savoir ce qui fonctionne et ne fonctionne pas, et à étayer la prise de décision sur des éléments probants.

indicateur de rendement (performance indicator)
Moyen qualitatif ou quantitatif de mesurer un extrant ou un résultat en vue de déterminer le rendement d’une organisation, d’un programme, d’une politique ou d’une initiative par rapport aux résultats attendus.

initiative horizontale (horizontal initiative)
Initiative dans le cadre de laquelle deux organisations fédérales ou plus reçoivent du financement dans le but d’atteindre un résultat commun, souvent associé à une priorité du gouvernement.

plan (plan)
Exposé des choix stratégiques qui montre comment une organisation entend réaliser ses priorités et obtenir les résultats connexes. De façon générale, un plan explique la logique qui sous-tend les stratégies retenues et tend à mettre l’accent sur des mesures qui se traduisent par des résultats attendus.

plan ministériel (Departmental Plan)
Exposé des plans et du rendement attendu d’un ministère qui reçoit des crédits parlementaires. Les plans ministériels couvrent une période de trois ans et sont présentés au Parlement au printemps.

priorité (priority)
Plan ou projet qu’une organisation a choisi de cibler et dont elle rendra compte au cours de la période de planification. Il s’agit de ce qui importe le plus ou qui doit être fait en premier pour appuyer la réalisation du ou des résultats stratégiques souhaités.

priorités pangouvernementales (government-wide priorities)
Aux fins du Rapport sur les résultats ministériels 2017-2018, les thèmes de haut niveau qui présentent le programme du gouvernement issu du discours du Trône de 2015 (c’est-à-dire la croissance de la classe moyenne, un gouvernement ouvert et transparent, un environnement sain et une économie forte, la diversité en tant que force du Canada, ainsi que la sécurité et les possibilités).

production de rapports sur le rendement (performance reporting)
Processus de communication d’information sur le rendement fondée sur des éléments probants. La production de rapports sur le rendement appuie la prise de décisions, la responsabilisation et la transparence.

programme (program) (s’applique aux ministères dont le rapport est fondé sur l’architecture d’alignement des programmes)
Groupe de ressources et d’activités connexes géré de manière à répondre à des besoins précis et à atteindre les résultats visés ; ces ressources et activités sont traitées comme une unité budgétaire.

programme temporisé (sunset program)
Programme ayant une durée fixe et dont le financement et l’autorisation politique ne sont pas permanents. Lorsqu’un tel programme arrive à échéance, une décision doit être prise quant à son maintien. Dans le cas d’un renouvellement, la décision précise la portée, le niveau de financement et la durée.

rapport sur les résultats ministériels (Departmental Results Report)
Rapport d’un ministère recevant des crédits parlementaires qui présente les réalisations réelles par rapport aux plans, aux priorités et aux résultats attendus énoncés dans le plan ministériel correspondant.

rendement (performance)
Utilisation qu’une organisation a faite de ses ressources en vue d’obtenir ses résultats, mesure dans laquelle ces résultats se comparent à ceux que l’organisation souhaitait obtenir, et mesure dans laquelle les leçons apprises ont été cernées.

résultat (result)
Conséquence externe attribuable en partie aux activités d’une organisation, d’une politique, d’un programme ou d’une initiative. Les résultats ne relèvent pas d’une organisation, d’une politique, d’un programme ou d’une initiative unique, mais ils s’inscrivent dans la sphère d’influence de l’organisation.

résultat stratégique (Strategic Outcome)
Avantage durable et à long terme pour les Canadiens qui est rattaché au mandat, à la vision et aux fonctions de base d’une organisation.

structure de gestion, des ressources et des résultats (Management, Resources and Results Structure)
Cadre global qui consiste en un répertoire des programmes, des ressources, des résultats, des indicateurs de rendement et de l’information sur la gouvernance d’une organisation. Les programmes et les résultats sont décrits en fonction du lien hiérarchique qui les unit, ainsi que du ou des résultats stratégiques auxquels ils contribuent. La structure de gestion, des ressources et des résultats est élaborée à partir de l’architecture d’alignement des programmes.

 


 

Notes de fin de document

1 – Pour une analyse approfondie des courants qui touchent l’industrie audiovisuelle au Canada et ailleurs, consulter le Rapport sur les tendances du Fonds des médias du Canada et le Rapport de surveillance des communications du CRTC.

2 – Profil de risque organisationnel de l’ONF :
http://onf-nfb.gc.ca/fr/a-propos-de-lonf/publications/publications-institutionnelles/

3 – Par exemple : prix liés à l’innovation, à l’excellence créatrice, hommages, prix du Canada pour la diversité.

4 – Un cinéaste est considéré comme faisant partie de la relève lorsqu’il réalise son premier, deuxième ou troisième film.

5 – Le total peut ne pas égaler la somme des éléments en raison d’un chevauchement des visionnages Internet et des visionnages du marché éducatif et institutionnel.

6 – Un fichier pivot est un fichier numérique qui est légèrement compressé à partir d’un master numérique et qui sert à produire la plupart des livrables actuels.

7 – Les résultats de l’exercice 2017-2018 reposent sur un sondage effectué en février 2017. Le prochain sondage sera mené en février 2019.