Notre collection

Il n'y a pas d'oubli

Haut de la page

Dans Il n'y a pas d'oubli, composé de trois volets réalisés chacun par un jeune cinéaste chilien contraint de fuir son pays, il est question de la difficile condition d'exilés dans un contexte politico-social déterminé, en l'occurrence, le Québec. Le premier volet, intitulé J'explique certaines choses, est en espagnol avec sous-titres en français, nous montre plus précisément le mode de vie d'un groupe de Chiliens. Dans Lentement, qui forme le deuxième volet, nous est posé, par le biais de Lucia, jeune exilée chilienne, le problème de l'intégration à un nouveau milieu social. Enfin Jours de fer (Steel Blues), troisième et seul volet disponible en anglais, est un cruel rappel de la dure condition de l'homme déraciné qui doit à tout prix trouver du travail pour assurer sa survivance.

1975, 99 min 35 s

Haut de la page

Prix du court métrage
Festival international du film des droits de l'homme
Du 19 au 25 novembre 1980, Strasbourg - France

Mention spéciale
Festival international du film
Du 5 au 15 août 1976, Locarno - Suisse