Notre collection

Quelques femmes cinéastes d'animation

Haut de la page

La sensibilité féminine au service de l'animation. À travers les oeuvres de ces femmes, l'on décèle leurs préoccupations. Voici sept films de choix. Cycle reprend l'idée des quatre éléments : air, eau, feu et terre, au milieu desquels évolue un personnage. C'est la rencontre de l'être humain et de l'univers (5 min 4 s). Dernier Envol, c'est un conte sur les amours toujours trop brèves et le retour constant à la solitude. Subtilité, fantaisie et sensibilité en sont les pricipales caractéristiques (8 min 53 s). Rien qu'une petite chanson d'amour explore le rude paradis qu'est l'enfance de tout individu et ouvre grande la porte au souvenir des chagrins que l'adulte garde intact en soi bien au-delà de ses jeunes années (10 min 11 s). Dans Climats, l'artiste cerne les relations d'un couple et les sentiments qui sont l'âme de leur aventure (9 min 41 s). Le Mariage du hibou : une légende eskimo illustre une fable inuit qui raconte les amours périlleuses vécues par un hibou et une oie (7 min 38 s). Cogne-Dur, c'est le pauvre bougre qui est dupé par la vie et qui prend les grands moyens pour se faire justice lui-même. Ce conte est inspiré de La Grande Margaude, recueilli par Luc Lacourcière pour les Archives de folklore de l'Université Laval (10 min 21 s). Premiers Jours trace le cycle complet de la vie, de la naissance à l'âge adulte, en quatre saisons, et à travers l'évolution de paysages terrestres devenus corps humains (8 min 48 s).

1984, 60 min 36 s

Haut de la page