Notre collection

L'art du réel : le cinéma documentaire

Haut de la page

Depuis l’époque des frères Lumière, les cinéastes tournent leur caméra vers l’univers de la réalité – dès lors, le genre documentaire n’a cessé de susciter des débats passionnés et créateurs.

Qu’est-ce qui entre en jeu quand un cinéaste entreprend de représenter la réalité? Quelles préoccupations éthiques le choix de porter à l’écran les traits de l’homme de la rue suscite-t-il? Comment la musique influence-t-elle les émotions ressenties devant le film?

Des pionniers du cinéma-vérité – Albert Maysles, Joan Churchill, Michel Brault – aux cinéastes dissidents comme Errol Morris et Nick Broomfield, certaines des figures marquantes de l’univers du documentaire amorcent, dans L'art du réel : le cinéma documentaire, une réflexion sur le pouvoir unique du genre.

Éloquente et divertissante, provocatrice et réfléchie, cette distribution remarquable comprend des sommités, notamment le cinéaste chilien Patricio Guzmán, Kim Longinotto, la réalisatrice britannique innovatrice et Alanis Obomsawin, la « Première dame » du cinéma autochtone.

Parsemé d’entretiens intimistes avec 33 réalisateurs, le documentaire comporte également des extraits tirés de plus d’une cinquantaine de films : des classiques tels Grey Gardens et Le dossier Adams (The Thin Blue Line), mais également des œuvres récentes aussi formidables que Le cauchemar de Darwin et The Day I Will Never Forget. Il nous donne ainsi un aperçu des divers aspects de ce processus complexe qu’est la création.

Farceurs provocants, militants courageux et conteurs accomplis, des réalisateurs issus des horizons les plus divers, notamment la féministe pakistanaise Sabiha Sumar, le nouveau gourou des médias Peter Wintonick et le maître brésilien Eduardo Couthinho, discutent de la multiplicité des choix de création qu’offre le cinéma documentaire.

La réalisatrice Pepita Ferrari façonne l’amalgame kaléidoscopique à l’intérieur de son propre excellent récit et trace avec habileté le parcours du documentariste tout en examinant le statut perpétuellement contesté de la « vérité ». Le film peut-il capter la réalité? Certains réalisateurs contemporains mettent en question les principes de base du cinéma-vérité, alors que l’iconoclaste Werner Herzog  renonce entièrement aux faits dans sa quête de « l’extase de la vérité ».

L’art du réel allie le pur bonheur de faire des films à la connaissance approfondie de la culture cinématographique et explore l’espace actuel du documentaire avec une grande rigueur intellectuelle, une élégante originalité et un goût de la découverte non dépourvu d’audace.

2008, 97 min 25 s

Haut de la page