Notre collection

La cité invisible

Haut de la page

Kendell et Mikey vivent dans le projet d’habitation du quartier défavorisé de Regent Park, à Toronto, et subissent des transformations, àl’instar du milieu environnant. Immeubles à demi-démolis, chantiers de construction clôturés et terrains vagues ponctuent le paysage, car des travaux de revitalisation de Regent Park sont en cours. Isolée socialement et physiquement depuis sa création à la fin des années 1940, la communauté de Regent Park amorce un processus de mutation.         

La cité invisible, dont le tournage s’est déroulé sur trois ans, relate l’émouvant passage de deux garçons à l’âge adulte. Alors que leur mère et leurs mentors souhaitent leur inculquer la volonté de réussir, le milieu et la pression sociale les poussent à faire de mauvais choix. Aux prises avec les contraintes de l’école secondaire et l’impitoyable réalité, ils expriment avec lucidité les sentiments qui les habitent : inquiétude, optimisme, vulnérabilité et compréhension.

Le candidat aux Oscars et réalisateur Hubert Davis braque sa caméra sur un quartier défavorisé trop souvent oublié pour dépeindre avec sensibilité la pauvreté et les problèmes raciaux qui constituent l’envers de l’urbanité. Le cinéaste capte les rêves et les déceptions de Kendell et de Mikey à un moment déterminant de leur vie. Les brillantes tours de verre dont l’achèvement coïncide avec la fin du film annoncent une ère nouvelle. Invisible depuis tant d’années, Regent Park émergera enfin de l’ombre et de la stigmatisation. Kendell et Mikey auront-ils la même chance?

2009, 75 min 48 s

Haut de la page

Aussi disponible sous

Haut de la page

Meilleur long métrage documentaire canadien
Hot Docs
Du 30 avril au 10 mai 2009, Toronto - Canada

Haut de la page