Notre collection

Ça tournait dans ma tête (Site Web)

Haut de la page

L’idée de faire ce projet web interactif est venue au cours de la production du documentaire Ça tourne dans ma tête. C’est alors que l’équipe du Studio Acadie de I'ONF a fait la connaissance de Blanche Véronique, une des quatre jeunes qui témoignent de leur maladie mentale dans le ?lm. Blanche Véronique a souffert de dépression et du trouble bipolaire dès le début de l’adolescence. Elle a par la suite reçu un diagnostic de schizophrénie. Ce n’est qu’après un long et difficile parcours — dépressions, tentative de suicide, séjours dans divers hôpitaux et changements de médecins — qu’elle a finalement reçu le bon diagnostic (schizo-affectif) et, surtout, la bonne médication. Jeune fille brillante, elle a, malgré tout, décroché son diplôme du secondaire avec une mention d’honneur. Attirée par les arts, Blanche Véronique s’exprime à travers le dessin et la poésie.

Pendant les périodes les plus difficiles de sa maladie, elle a rempli pas moins d’une vingtaine de journaux, où elle y décrivait ses états d’âme, ses craintes, ses angoisses, ses psychoses. Il s’agissait pour elle d’un moyen d’évacuer les démons qui la tourmentaient. C’était un premier pas sur le chemin du rétablissement.

Aujourd’hui, âgée de 26 ans, Blanche Véronique se sent bien et elle est finalement heureuse. Elle souhaite qu’on parle davantage de la maladie mentale a?n de faire tomber les tabous. Elle a accepté de partager quelques-uns de ses dessins, poèmes et réflexions, en espérant aider d’autres jeunes comme elle et sensibiliser le grand public à cette question. C’est sa façon toute personnelle de contribuer à la cause.

2010,

Haut de la page