Dessin montrant un petit garçon avec une grosse tête. Photo d’un personnage de BLA BLA, un site Web interactif réalisé par Vincent Morisset en 2011.

Communiqués de presse et trousses médias

L'ONF remporte trois prix au Festival international du film d'animation d'Annecy

Communiqué de presse

2013/06/17


Annecy, le 17 juin 2013 – Trois films de l'Office national du film du Canada (ONF) ont remporté les honneurs lors de la cérémonie de remise de prix au Festival international du film d'animation d'Annecy qui se déroulait ce soir, en France. Jeu de l'inconscient (Subconscious Password) de Chris Landreth a remporté le prestigieux Cristal d'Annecy du meilleur court métrage, la plus haute distinction du palmarès. Le film est une production de l'ONF avec la participation de Copperheart Entertainment et du Centre des arts d'animation du Seneca College. Marcy Page et Mark Smith en sont les producteurs.

Gloria Victoria de Theodore Ushev, une production de l'ONF par Marc Bertrand, s'est vu décerner le prix Fipresci remis à un court métrage par la critique internationale. L'automne de Pougne, de Pierre-Luc Granjon et d'Antoine Lanciaux, a remporté le prix pour un spécial TV dans sa catégorie. Le film est une coproduction de Pascal Le Nôtre chez Folimage StudioFoliascope, de Laurence Blaevoet, de Sophie Bo et de Chrystel Poncet chez PIWI+, de Christine Côté, de Marie-Claude Beauchamp, de Normand Thauvette et de Paul Risacher chez Carpe Diem Film & TV ainsi que de René Chénier et de Marc Bertrand à l'ONF.

Finalement, Isabelle au bois dormant de Claude Cloutier (2007), une production de Marcel Jean à l'ONF, a remporté la 3e position du film le plus drôle tandis que Le chat colla… (The Cat Came Back) de Cordell Barker (1988), une production de Cordell Barker et de Richard Condie à l'ONF, s'est retrouvé au 10e rang de cette compétition présentée dans le cadre d'un programme spécial du Festival d'Annecy.

Le jury des courts métrages en compétition était composé du réalisateur d'origine polonaise Jerzy Kucia, du réalisateur américain Bill Kroyer et du compositeur québécois Robert Marcel Lepage. Quelque 185 films étaient en compétition cette année, dont plus de 50 dans la catégorie « courts métrages », au Festival d'Annecy, qui présente annuellement la crème du cinéma d'animation à l'échelle mondiale.

Jeu de l'inconscient (Subconscious Password) de Chris Landreth

Jeu de l'inconscient est le premier film en stéréoscopie 3D de Chris Landreth, lauréat d'un Oscar® en 2004 pour son film Ryan (Copperheart, ONF). Le film était présenté à Annecy en première mondiale.

À propos du film et du réalisateur

Chris Landreth, réalisateur lauréat d'un Oscar®, incarne Charles, paralysé par son incapacité à se rappeler le nom d'une connaissance. S'amorce alors une troublante incursion dans les méandres de l'inconscient, sous la forme d'un jeu-questionnaire auquel participent diverses personnalités animées.

Outre le fait que Chris Landreth figure parmi les réalisateurs d'œuvres d'animation les plus réputés du Canada, nous lui devons la création d'un style très particulier, qu'il qualifie de « psychoréalisme ». Avant de se tourner vers l'animation, Chris Landreth a fait des études en mécanique théorique et appliquée. Son premier court métrage, The Listener, sort en 1991. Suivront The End, en lice aux Oscars® en 1995, et Bingo, couronné d'un prix Génie en 1996.

En 2004, l'ONF lance Ryan, le film de Chris Landreth primé à plus de 60 reprises, qui obtient notamment l'Oscar® du meilleur court métrage d'animation en 2005 et se distingue au Festival de Cannes et au Festival international d'animation d'Ottawa. Chris Landreth poursuit son analyse de la psyché humaine dans le court métrage d'animation The Spine ( L'échine) (2009), nommé aux prix Génie et inscrit par le Festival international du film de Toronto sur sa liste des dix meilleures productions de l'année. Sur une note un peu plus légère, Jeu de l'inconscient témoigne, sans contredit, de la remarquable évolution artistique de Chris Landreth.

Gloria Victoria de Theodore Ushev

Le prix Fipresci est un deuxième prix remporté à Annecy par Theodore Ushev, lauréat en 2010 d'une mention spéciale ex æquo dans la catégorie « courts métrages » pour Les journaux de Lipsett (ONF).

À propos du film et du réalisateur

Troisième volet d'une trilogie sur les relations entre l'art et le pouvoir, Gloria Victoria se déploie sur les décombres encore fumants de la furie du 20e siècle. Du front russe à la révolution chinoise, de Dresde à Guernica, les grands oiseaux noirs survolent les charniers tandis que les vampires et les faucheuses s'avancent au son d'un boléro exaltant tiré de la symphonie Leningrad de Chostakovitch. Le réalisateur Theodore Ushev s'impose une fois de plus en virtuose du collage et du recyclage, et convoque ici le surréalisme et le cubisme pour orchestrer un éclatant cauchemar pour la paix.

Né à Kyustendil, en Bulgarie, en 1968, Theodore Ushev est diplômé de l'Académie nationale des beaux-arts de Sofia. Il se fait d'abord connaître comme affichiste dans son pays d'origine avant de s'installer à Montréal en 1999. Là, il acquiert rapidement une réputation de cinéaste d'animation prolifique et doué, grâce à des films comme L'homme qui attendait (2006) et Tzaritza (2006).

En 2006, il amorce une trilogie remarquée sur les relations entre l'art et le pouvoir : Tower Bawher (2006) est bientôt suivi par Drux Flux (2008), puis par Gloria Victoria (2013). En parallèle, il réalise plusieurs courts métrages qui prennent pour sujet des artistes – cinéastes dans leur rapport au monde : Les journaux de Lipsett (2010), son film le plus connu, primé à 16 reprises, Rossignols en décembre (2011) et Joda (2012). Fasciné par les nouvelles plateformes de diffusion, il réalise des films pour Internet ( Vertical, 2003) et pour les téléphones portables ( Sou, 2004) ainsi qu'un vidéoclip ( Demoni, 2012).

L'automne de Pougne de Pierre-Luc Granjon et d'Antoine Lanciaux

À propos du film et des réalisateurs

Un terrible maléfice prive de ses histoires le royaume de Balthasar. Rapporter la corne de la licorne dans le ventre du monde est la solution. Pougne conduira l'expédition, non sans lever le voile sur un secret de famille jusque-là bien gardé. Quatrième saison dans la vie de Léon, l'ourson adopté, le film L'automne de Pougne boucle la série sur une animation trépidante.

Pierre-Luc Granjon réalise en 2000 son premier film, Petite escapade, qui remporte le grand prix du court métrage SICAF 2001. En 2002 et en 2003, il signe, coup sur coup, Le château des autres et L'enfant sans bouche. En 2006, il revient avec Le loup blanc qui obtient, cette fois, le grand prix SICAF 2007. Antoine Lanciaux est également auteur de livres jeunesse. Il a signé, à ce jour, huit scénarios de films d'animation et réalisé quatre d'entre eux. Parmi ses œuvres, citons La prophétie des grenouilles (2001), Mia et le Migou (2008). En tant que dessinateur, il a participé à 20 productions depuis 1991.

En 2006, Granjon et Lanciaux s'unissent pour élaborer quatre saisons dans la vie de l'ourson Léon. Ensemble, ils créeront L'hiver de Léon (2007), Le printemps de Mélie (2009), L'été de Boniface (2011) et L'automne de Pougne (2012).

Compétition des dix films les plus drôles

Quarante titres avaient été retenus dans la programmation des films drôles. Parmi ces films se trouvaient huit lauréats d'un Oscar®, et trois films ayant reçu une mise en nomination ainsi qu'un Cristal d'Annecy. C'est le public qui a été amené à se prononcer sur les films les plus drôles, afin de choisir dix finalistes qui se sont affrontés lors d'une séance de visionnage vendredi.

Il s'agit d'un prix de plus pour Isabelle au bois dormant qui a été primé tant au Canada qu'à l'international, à l'occasion des nombreux festivals dans lesquels il a été présenté. Rappelons qu' Isabelle au bois dormant a remporté 22 prix internationaux, dont un prix Génie et le Jutra du Meilleur court ou moyen métrage d'animation en 2008. D'autre part, mentionnons que Le chat colla... avait été sélectionné aux Oscars en 1989 en plus d'être primé tant au Canada qu'à l'international.

L'ONF en bref

L'Office national du film du Canada (ONF) produit des animations innovantes dans ses studios de Montréal, dans ses centres situés partout au pays et dans le cadre de coproductions internationales avec les animateurs les plus en vue de la planète. L'ONF est également un chef de file en matière d'approches novatrices en stéréoscopie 3D et en contenu animé pour nouvelles plateformes. L'ONF a réalisé plus de 13 000 productions et remporté au-delà de 5000 récompenses, dont 4 prix Écrans canadiens, 7 prix Webby, 12 Oscars et plus de 90 prix Génie. Le contenu primé de l'ONF peut être visionné dans ONF.ca, de même que sur les ordiphones, les tablettes et la télévision connectée au moyen de ses applications.

- 30 –


Renseignements :

Nadine Viau, relationniste, ONF
Tél. : 514-496-4486
Cell. : 514-458-9745
n.viau@onf.ca

Lily Robert, directrice, Communications institutionnelles, ONF
Tél. : 514-283-3838
Cell. : 514-296-8261
l.robert@onf.ca